Entre commun et confrontation: transformer l’imaginaire du système alimentaire

L’alimentation est, depuis longtemps, le lieu et un outil mobilisé pour la transformation sociale. Dans les dernières décennies, cependant, on observe un accroissement de l’intérêt porté par les mouvements engagés pour du changement social vers les enjeux liés au système alimentaire qu’ils le prennent sous l’angle du  travail, de la culture ou de la relation avec le rapport marchand. Alors que l’intérêt pour la transformation du système alimentaire s’est accru et diversifié, le mouvement qui le porte a connu une évolution significative passant d’initiatives à petite échelle à un écosystème complexe liant de nombreuses personnes et organisations (Levkoe 2014). Ceci a conduit à une transformation importante dans le rapport que ce mouvement entretient avec l’État, avec le capitalisme et la théorie du changement qui l’anime. Parmi les mutations observées dans son discours, on remarque une compréhension du changement social davantage marquée par une responsabilisation individuelle et des pratiques néolibérales tournées vers le marché ainsi que par des stratégies impliquants de multiples intervenants. On peut y observer la (ré)émergence de deux nouveaux cadres d’analyse: la mise en commun ou la confrontation. D’une part, on observe un intérêt grandissant pour la discussion, ainsi que pour la construction de communs tant en termes d’espaces que de relations basées sur l’usage et la propriété collective de ressources. Au même moment, on voit apparaître des appels pour que le mouvement adopte une attitude plus confrontationnelle, qu’il cible et fasse pression sur sur les pouvoirs tant étatiques que corporatifs plutôt que de se consacrer à la création d’enclaves où on expérimente des alternatives.

Ce projet met en dialogue des deux discours innervant le mouvement alimentaire, retraçant et évaluant les façons dont les acteurs et actrices du momouvemnetnt  tente d’articulier et de mettre en oeuvre leurs visions de la transformation du système alimentaire qui mette en branle une action poliqique collective et de confrontation.

Plutot que de voir  la mise en commun et la confrontation comme une dichotomie dont le premier terme exclu le second, cette recherche explore la possibilité d’une action politique intégrée tendue vers ces deux cadres de références, ouvrant de nouvelles voies pour concevoir et analyser la transformation du système alimentaire.

 

Axes de recherche : Action sociale